Logo Conseils-Maisons.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-Maisons.fr, 2022

Le plan de travail en bois : le guide complet

  1. Cuisine équipée >
  2. Le plan de travail >
  3. Plan de travail en bois
Plan de travail en bois

Après quelques années à avoir été mises de côté au profit de pierres minérales plus en vogue comme le granit, le quartz ou le marbre, les plans de travail naturels signent leur grand retour. Ces derniers sont construits à partir de morceaux de matériau dur qui sont laminés avec de la colle spéciale pour plus de résistance et de stabilité. Côté design, ils offrent une certaine chaleur esthétique et invitent la nature à votre table. Il s’agit d’une surface très douce et capable d’absorber le bruit. Le matériau présente par ailleurs l’avantage de pouvoir être retravaillé, ravivé et remis sur pied s’il est taché, creusé ou endommagé. Ce guide a pour objectif de vous aider à mieux appréhender les plans de travail en bois et ses avantages, de l’installation à l’achat en passant par l’entretien. 

Qu’est-ce qu’un plan de travail en bois ?

Une grande majorité de plans de travail en boi*s sont fabriqués de nos jours pour leur seule belle apparence. Les options les moins onéreuses offrent une belle surface agréable à moindres coûts. Les variantes plus chères ornent les îlots qu’ils fournissent d’une texture plus inhabituelle et d’une finition semblable à celle d’un meuble. Le plan peut s’illustrer sous forme de panneau de mélaminé, de stratifié ou de bois massif. Il existe une variété d’options disponibles conséquente, ce qui en fait toujours un choix judicieux. Mais entre le petit prix des uns et la résistance des autres, il pourra vous sembler difficile de vous y retrouver.

Quels en sont les différents types ?

Étant constamment sollicité, un plan de travail se doit d’être somptueux tout en étant robuste. Le bois massif simple est l’un des meilleurs candidats pour la tâche. En fonction de vos préférences, il sera possible d’opter pour un coloris, une texture en particulier et plus particulièrement une essence de bois : le chêne, le hêtre, le frêne, le cerisier ou encore l’orme. Ces essences se déclinent sous différentes formes, du plus pâle au plus foncé, avec comme texture le sablé, le brossé ou encore le grisé. On relève par ailleurs trois styles principaux :

  • le style raffiné, représenté par les bois sombres comme le chêne teinté et le palissandre qui apportent une coloration d’élégance grandiloquente.
  • le style scandinave pour les adeptes des matériaux clairs comme le hêtre et le frêne
  • le style rétro qui fait la promotion du bois à l’état brut comme le noyer et le chêne

Le noyer

Il s’agit d’un bois que l’on intègre principalement aux styles contemporains et au design épuré. Il peut se présenter sous une teinte légèrement nacrée ou un marron plus fort. Il est synonyme de raffinement et est plus habituellement utilisé pour des options haut de gamme.

Le teck

Il se caractérise par une grande résistance à l’humidité. Il est utilisé dans la réalisation des plans de travail qui peuvent s’intégrer à tout genre de décoration. Il est par ailleurs associé à un design aux teintes plus sombres. Il est très onéreux.

Le bouleau

Le bouleau est plus souvent utilisé pour créer une atmosphère zen au sein de votre espace culinaire. Si vous envisagez d’instaurer un décor porté sur le calme et la nature, le bouleau est une excellente option. On apprécie son aspect épuré, sa sobriété et sa discrétion. Il fait partie des bois les plus souples tout en se montrant résistant aux chocs. Cela lui permet de se fondre dans n’importe quel intérieur. Il fait partie des matériaux les moins chers.

Le chêne

Le chêne est un bois dur, résistant et robuste, bien que plus basique. Il se révèle stable et particulièrement facile à travailler. Faute d’entretien, sa teinte peut foncer avec le temps. Il s’adapte à tous les styles : traditionnel, classique, rustique, contemporain. Il est relativement bon marché comparé au noyer et surtout au teck.

Le frêne

Il s’agit de la vedette des plans de travail. On le retrouve également dans la confection des meubles de rangements et des parquets. Le frêne est une essence d’une teint brun beige qui peut tirer vers le blanc. On en apprécie ses quelques reflets nacrés teintés de rose. Sa valeur est intermédiaire.

L’orme

On l’utilise principalement en remplacement de matériaux plus communs comme le hêtre ou le chêne. Cela va sans dire qu’il est très plébiscité dans la confection des options haut de gamme à luxe. Sa teinte est à mi-chemin entre le blond et le marron clair.

L’acacia

Surnommé le « teck européen », l’acacia est une essence généralement utilisée pour des plans de travail simples, d’entrée de gamme. Il se distingue par sa grande durabilité.

Le Wengé

Il offre une teinte d’une grande subtilité d’un rougeâtre profond qui s’associe généralement au bois chic de style classique. Il est durable. On le retrouve principalement dans les réalisations haut de gamme et luxueuses, au même titre que le teck.

Le palissandre

Il désigne un bois d’une grande lourdeur. Il représente 850 kg pour un mètre carré. Il se distingue pour sa douceur et sa durabilité. Il s’agit d’un bois noble.

Le cèdre du Liban

Le cèdre est une autre option marquée par la durabilité, mais à un moindre coût. Il affiche un coloris marron, proche du rougeâtre. Il possède un grain droit et uniforme. Il ne rétrécit pas et ne se déforme pas, connaissant une certaine stabilité dans le temps.

Quels sont les critères d’un bon plan de travail en bois ?

Recourir à ce matériau pour un équipement de maison semble tout à fait organique. Pourtant, les bons plans de travail en chêne ou en bouleau répondent, eux aussi, à des critères de qualité. Globalement, le choix d’un plan de travail répond à trois critères généraux que sont l’aspect, la fonctionnalité et le tarif.

Le type de matériau

Il existe une large palette d’essences de bois pour un plan. Cependant, ils ne valent pas tous en termes d’efficacité et ne partagent pas les mêmes atouts. Une essence idéale pour un plan doit bénéficier d’une densité importante. Elle doit être robuste et posséder une couleur qui n’a pas tendance à ternir.

La robustesse du bois

Le bois est, par nature, poreux et doux. Ainsi, vous devrez veiller à ce que l’essence que vous choisissez soit dure. Sachez que plus les plans de travail sont mous, plus il existe un risque de rayure et de fissure. Ainsi, si vous envisagez d’utiliser votre cuisine à un rythme soutenu, prévoyez un plan de travail ferme.

La plus-value esthétique

La qualité, le tarif et l’entretien sont des facteurs déterminants. Cependant, l’esthétique en est une autre. Si vous possédez une cuisine blanche, un plan de travail en bois massif peut amener un peu de convivialité et de chaleur à votre intérieur. À l’inverse, le bambou est un bois pratique et agréable à travailler, mais son aspect peut ne pas être du goût de tout le monde en termes d’harmonie.

Quelles sont les couleurs disponibles pour un plan de travail en bois ?

Lorsque vous optez pour un plan de travail en bois, vous pouvez choisir de lui octroyer le point focal visuel de la pièce. Encore faut-il l’associer aux bonnes couleurs de façades de votre cuisine équipée, des murs et des sols. Voici quelques idées de mise en place ou de rénovations intéressantes pour votre cuisine en fonction du style que vous souhaitez lui donner.

La cuisine blanche

Ce plan de travail fonctionne parfaitement dans une cuisine dont les murs et les façades sont blancs. Privilégiez un bois de teinte claire que la lumière naturelle puisse mettre en valeur. Cependant, un blanc trop simple pourra apparaître comme un peu terne s’il est associé à un bois naturel comme celui-ci.

Optez davantage pour un blanc légèrement brillant, sans excès qui donne de la perspective à la pièce et au plan de travail. Il s’agit d’une combinaison parfaite avec des bords de mobilier classiques ou à motif Renaissance.

La cuisine à prédominance noire

Si votre cuisine bénéficie de suffisamment d’ouvertures (fenêtres ou portes-fenêtres) et de lumière naturelle, vous pourriez opter pour un plan de travail en bois semi-clair ou blond avec des façades de cuisine intégrée noirs dramatiques. Un revêtement de sol très naturel en parquet boisé clair pourrait éventuellement servir de rappel à votre plan. Veillez à ne pas surcharger la station culinaire ni même le plan de travail d’objets en tout genre dans la mesure où les teintes en présence pourrait donner du volume à la charge visuelle.

La cuisine vert kaki

Au même titre que les précédentes, il s’agit là d’un des meilleurs combos. Le hêtre ou le chêne massif servent de contrebalance stylistique à la rigueur du vert kaki. Plus qu’une simple esthétique sévère, il s’agit surtout de renforcer le contraste d’un style résolument campagnard très ancré dans le design terre-à-terre de la cuisine d’antan.

Quels sont les facteurs qui font évoluer le prix ?

Le prix de vente varie en fonction d’un certain panel de critères, la nature du bois en premier lieu. Mais, on peut également citer les dimensions voulues, le design ou encore les traitements que l’on apporte à la matière première.

L’essence de bois

Que vous vous rendiez dans une grande surface spécialisée ou sur Internet, vous serez toujours facturé en fonction de l’essence. Plus l’essence de ce bois est rare, plus elle sera onéreuse. Le teck qui figure parmi les plus chers coûte en moyenne 150 € le mètre carré tandis qu’un plan de travail en douglas coûtera environ 50 € pour les mêmes dimensions.

Les dimensions

Il existe deux facteurs à prendre en compte dans l’idée de dimensions ici : la surface et l’épaisseur. Le tarif variera en fonction de la taille de la zone de pose, mais aussi de son épaisseur. L’épaisseur peut varier de 2 cm à 10 cm, ce qui aura pour conséquence de faire parfois quadrupler le tarif du plan de travail.

Le style

Contrairement à d’autres matériaux, le bois est relativement facile à manipuler. Mais lui conférer un style et un design en est une autre affaire. Plus le design est unique, plus il demande à être travaillé, plus le bois reviendra cher.

Le traitement du bois

En dépit de sa robustesse, le bois doit être traité s’il veut pouvoir résister à l’humidité ou aux rayures. Il est par ailleurs très sensible aux champignons et aux insectes xylophages contre lesquels il doit être protégé. Ce raffermissement de la matière première fera nécessairement monter le tarif.

Quel est le prix d’un plan de travail en bois ?

prix d'un plan de travail en bois

Le prix d’un plan de travail en bois peut se montrer variable en fonction des éléments que nous venons d’énoncer. Un dernier facteur peut s’ajouter à la longue liste des critères déterminants. Il s’agit de la préférence entre un plan de travail en panneaux mélaminés et un en stratifié.
Le stratifié s’utilise très souvent dans les cuisines. Il s’agit d’une résine robuste et plus épaisse que la mélamine qui résiste aux chocs et aux rayures. La mélamine, en revanche, est bien moins onéreuse encore. Il s’agit aussi d’un bois aggloméré recouvert d’une fine couche de résine mélaminée d’une épaisseur de près de 20 mm.

Prix minimumPrix maximumPrix moyen
Bois massif40 €150 €70 €
Stratifié10 €30 €20 €

Le plan stratifié étant plus commun, ce classement des tarifs nous dévoile la différence de prix qui existe entre un plan de travail en bois massif pur et un en stratifié.

Plan de travail en bois ou en quartz ?

Le quartz est un pierre reconstituée qui est composé jusqu’à 95 % de quartz ajouté à de la résine acrylique. On peut la trouver également avec des pigments, ce qui étend le panel de possibilités en termes de couleurs. Le quartz offre d’ailleurs bien plus d’options de coloris que son homologue. De plus, il est incontestablement l’un des meilleurs matériaux pour un plan de travail, car il est hautement résistant à la chaleur. Sa nature le rend par ailleurs imperméable à l’eau, aux rayures comme aux bactéries.

Plan de travail en bambou : huile ou vernis ?

Pour votre plan de travail en bambou, vous avez le choix de l’entretenir avec un vernis ou de l’huile. Les deux options restent des produits dont la tâche est la même, mais dont le résultat final diffère. Les huiles sont faites à base de lin et accordent un fini incolore mat doté d’un joli aspect naturel. Le but principal est d’hydrofuger le bois contre l’eau, l’humidité, les tâches et les auréoles. Elle est alors idéale pour protéger la surface des tâches de la vie quotidienne. L’huile peut aisément se lessiver avec un détergent.

Elle présente par ailleurs l’atout de ne pas laisser de pellicule résiduelle sur le bois. En revanche, le vernis dépose un film de protection sur le plan de travail qui vous forcera à éliminer toute ancienne couche jusqu’à l’état brut avant de songer à reprotéger votre surface. De plus, gardez à l’esprit que le vernis laisse un aspect brillant ou satiné. Vous en trouverez néanmoins en mat auprès de certains vendeurs. Sa couche de protection l’amène à pouvoir durer plusieurs années sans être renouvelé.

Plan de travail en frêne ou hêtre ?

Les deux matériaux présentent une bonne densité pour la réalisation d’un plan de travail. Ironiquement, ils présentent également un même inconvénient, celui de leur durée de vie légèrement courte. La durée de vie du frêne l’amène à requérir un entretien continu pour ne pas avoir à subir une décomposition impromptue. De la même façon, le hêtre bénéficie d’une faible durabilité naturelle. Très résistant au choc, il est aussi dur que le frêne. Cependant, il requiert moins d’entretien au quotidien si ce n’est l’application régulière d’un produit hydrophobe dans les zones autour de l’évier afin d’éviter les risques de développement de microorganismes. De plus, son grain fin lui accorde un aspect plus homogène et un toucher plus soyeux que bon nombre de particuliers préfère pour un plan de travail.

Le plan de travail en bois pas cher

Une fois que vous avez fait votre choix de bois et opté pour les finitions qui s’imposent, le choix de l’artisan peut être primordial dans votre quête d’un plan de travail fait de bois moins cher. L’installation du bois est certes plus facile qu’un plan en quartz, en céramique ou en granit, mais n’en présente pas moins de risques. Parmi les écueils possibles, on pense au mauvais choix du type de bois, au mauvais raffermissement ou encore à l’erreur d’écart de positionnement. Non seulement ces erreurs peuvent présenter des dangers imminents, mais elles mettent aussi en péril la pérennité de l’objet installé.

Le prix de la main d’œuvre se situe entre 40 € et 80 € le mètre carré. Sa variation dépendra de la difficulté du chantier, de l’équipement qu’il requiert et des frais de transport éventuels. Les frais peuvent être plus conséquents si l’artisan facture à l’heure et non sous forme de forfait à la journée. Si vous envisagez de faire appel à un professionnel, économisez en demandant plusieurs devis sur mesure en magasin ou en ligne pour dénicher le meilleur plan de travail en bois et le moins onéreux.

La crédence en bois

La crédence en bois est très esthétique et facile à poser. Cependant, c’est sans dompter l’entretien rigoureux et assidu qu’elle nécessite. Elle s’adapte aux cuisines à l’inspiration scandinave ou montagnarde.

Stylistiquement, il est relativement noble, chaleureux, d’aspect naturel qui apporte un certain cachet. Rappelons néanmoins qu’une crédence a pour tâche principale de protéger les murs des déversements et des éclaboussures. Ici, le boi*s est en réalité sensible à la chaleur, aux rayures et craint l’humidité. Il faut donc prendre en compte que vous pourrez l’utiliser partout sauf derrière des éviers ou des plaques de cuisson.

Comment nettoyer un plan de travail en bois ?

Mélaminé comme stratifié s’avèrent très faciles à nettoyer. Il vous suffit de vous munir d’un chiffon propre ou d’une éponge imbibée d’eau savonneuse. Il en va de même pour un plan de travail en bois massif pour un usage quotidien. En revanche, pour un nettoyage plus en profondeur, il vous faudra vous procurer une huile végétale à appliquer au moins une fois par mois, ou de recouvrir votre plan de vernis alimentaire mat, brillant ou satiné une fois par an.

Quelle est la résistance à la chaleur d’un plan de travail en bois ?

Contrairement aux idées reçues, le bois est résistant à la chaleur. Globalement, le plan résiste jusqu’à 170 °C. Cependant, les casseroles, les poêles et autres plats sortant immédiatement du four peuvent endommager la surface de votre plan de travail. Il vous faudra vous résoudre à utiliser des dessous de plat plutôt que de directement les poser sur sa surface.

Notre avis

En dépit de sa noblesse, le bois massif ne semble pas toujours être la meilleure option pour un plan de travail en bois. Le bois subit les tâches, il peut brûler et se rayer. Les diverses actions entreprises dans une cuisine peuvent en mener à mal la surface. C’est pour cette raison précise que la technique du lamellé-collé semble la plus appropriée. Fabriqué à partir de lames aboutées puis collées les unes aux autres, le plan de travail en lamellé-collé se présente sous deux versions possibles : avec des lames d’une largeur de 20 mm ou de 40 mm. Il a l’avantage de pouvoir s’appliquer à de nombreuses essences de bois.

FAQ

Est-ce que le bois est fragile ?

Il s’agit d’une surface robuste, mais qui se montre sensible aussi bien à l’humidité qu’à la chaleur. Il est primordial de bien protéger la matière pour en optimiser la longévité et l’utilisation au quotidien.

Quelle crédence avec un plan de travail en bois ?

Bien qu’une crédence en bois puisse conférer une dimension très scandinave à la cuisine, il n’est pas nécessairement recommandé de rappeler ledit bois. Choisissez une crédence en pierre blanche ou plus foncée qui accorde un effet « design de campagne » sans répétition ni surcharge. Le contraste saisissant de texture vous permet de jouer sur l’élégance et la distinction tout en optant pour la simplicité. Vous pourrez l’associer à un carrelage blanc très design. Si vous voulez, au contraire, donner un air futuriste à votre espace de vie, le verre teinté est une solution à considérer.

Quelle couleur de cuisine avec un plan de travail en bois ?

Les couleurs neutres fonctionnent avec tout plan de travail en bois. Cependant, la combinaison de cuisine intégrée de coloris noir laqué, revêtement de sol en parquet blond et un plan de travail sur îlot de rappel est une solution somptueuse pour un intérieur de standing.

Quel est le meilleur type d’essence pour un plan de travail en bois ?

Les matériaux durs et massifs comme le chêne et l’érable sont des alternatives imbattables, car ils sont à la fois robustes et durables. Pour un budget plus conséquent, le palissandre, le teck et le noyer sont de belles options également à la fois pour leurs fonctionnalités et leur esthétique plus subtile.

Comment faire briller un plan de travail en bois ?

Le vernis peut apporter l’aspect brillant et satiné désiré. Lorsque vous l’appliquez en plusieurs couches, il peut être très efficace esthétiquement. Attention toutefois, le vernis peut avoir tendance à craquer sous la pression de déformations causées par le contact avec l’humidité. On pense notamment aux plans de travail en carrelets aboutés.

Comment imperméabiliser un plan de travail en bois ?

Afin de protéger votre bois contre l’humidité, vous avez le choix entre l’huile, la cire et le vernis. L’huile présente l’avantage d’avoir un fini mat sans laisser de film. Le bois conserve sa texture initiale tout en étant parfaitement protégée et étanche. Il n’est donc pas utile de le poncer lorsque le temps est venu d’huiler à nouveau. La cire peut être utile en complément de l’huile, car son pouvoir imperméabilisant n’est pas idéal à une utilisation seule. Le vernis protège, quant à lui aussi parfaitement que l’huile à la différence que le fini est plus satiné et qu’il laisse un voile protecteur. Il vous faudra poncer avant de revernir.

Partager ce contenu

Conseils-Maisons.fr, 2022