Logo Conseils-Maisons.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-Maisons.fr, 2021

Comment bien choisir le meilleur système de chauffage ?

  1. Energie >
  2. Energie pour la maison >
  3. Chauffages >
  4. Meilleur système de chauffage
Meilleur système de chauffage

Les chauffages occupent une place très importante dans la facture énergétique. Ils comptent pour près de 70 % des dépenses énergétiques d’une maison (source : guide ADEME – Se chauffer mieux et moins cher). Le système de chauffage est un dispositif de production et de distribution de la chaleur. Il fait partie des dispositions à prendre pour un minimum de confort dans une maison. Mal le choisir occasionnerait bien des pertes en énergie et en coût.
En 2015, le chauffage a coûté en moyenne 1.380 € aux Français (source : les acteurs économiques et l’environnement, édition 2017 – Insee Références). En moyenne, l’installation d’un système de chauffage est une opération onéreuse. Heureusement, il existe des alternatives visant à alléger les factures. Nous parlons des aides et des primes financières, mais aussi des avantages fiscaux.
Afin de faire le meilleur choix de système, tenez-vous informé sur les propositions du marché. L’idéal est de pouvoir choisir un système peu énergivore et écologique. Le chauffage doit respecter les normes en matière d’efficacité énergétique. Il peut être au bois, au gaz, au fioul ou solaire. Quant à la chaudière ou pompe à chaleur (PAC), il s’agit d’appareils qui vous aideront à réaliser des économies d’énergie considérables.

 

 

Les critères de choix

Les critères de choix pour un chauffage permettront de juger et de définir lequel est le plus adapté pour votre logement. Ces quelques points doivent être pris en compte.

Les caractéristiques du bâtiment

Selon que la maison est neuve ou réfectionnée, le chauffage ne sera pas le même. En effet, après une rénovation, l’isolation ou l’étanchéité pourrait être affectée. Ceci peut augmenter ou réduire le besoin en énergie.

Le type d’activité

L’activité menée dans le bâtiment permet de définir la quantité de chauffage nécessaire. Qu’il serve de logement en commun ou résidentiel, vous devez être en mesure de le savoir.

Le confort

Le confort passe par la qualité et le renouvellement de l’air ainsi que la température de chauffage. Il représente le bien-être dont on bénéficie dans un espace donné. Il varie d’un individu à l’autre. Il faut choisir un bon chauffage pour un confort thermique optimal.

L’environnement

Le type de chauffage que vous choisissez doit être respectueux de l’environnement.

L’efficacité

La performance d’un système est le rendement de celui-ci. Il en est de même pour le chauffage. Le chauffage performant est celui qui consomme moins d’énergie qu’il ne fournit de la chaleur. Certains combustibles rejettent une trop grande quantité de gaz à effet de serre. Ils sont très polluants.

L’économie

Faire des économies est le but final lors de toute acquisition. Pensez donc à faire un choix qui optimise la facture énergétique tout en équilibrant votre portefeuille. Au fur et à mesure, vous devez pouvoir évaluer vos économies énergétiques et financières.

Législation et chauffage : que retenir ?

Le critère le plus important qui prime désormais concerne le respect de l’environnement. Le rejet de gaz à effet de serre doit être le plus limité possible. Des lois ont ainsi été votées dans ce cadre.

L’article R. 224-41-4 du Code de l’environnement stipule par exemple que l’entretien d’un tel appareil revient à un professionnel. Tout équipement de chauffage d’une puissance de 4 à 400 kW exige un professionnel qualifié.

L’autre mesure concerne la TVA qui a été réduite à 5,5 %. Ici, il est promu l’installation, de système à chaudière basse consommation. Dans ce cadre, le CITE est mis en place. Y sont éligibles, les utilisateurs de résidences vieilles de deux ans désirant améliorer leur performance énergétique. Ils bénéficient d’une réduction de 5,5 % de la TVA. Cela prend en compte les matériaux ainsi que l’installation complète. Cette dernière devra être effectuée par un professionnel reconnu garant de l’environnement (RGE).

En dehors de la loi, des primes sont octroyées aux propriétaires.

La prime Effy vient encourager les travaux pour une optimisation de la facture. Pour en bénéficier, il suffit de faire une demande au fournisseur avant le démarrage des travaux. Elle est très facile d’accès. MaPrimeRénov’ ou Prime énergie prend en charge une partie ou la totalité des travaux. Elle peut être allouée à tout propriétaire occupant un logement. Le prix varie en fonction des travaux et des revenus du requérant.

Le programme « Habiter Mieux Sérénité » de l’Agence Nationale de l’Habitat, lui, propose des aides pour subventionner tous travaux d’amélioration du cadre de vie. Il est profitable à tous les projets qui ont un gain énergétique minimal de 35 %. La condition sine qua none pour l’obtenir est de s’engager à habiter le logement au moins pendant 6 ans. L’éco-PTZ, de son côté, est une aide au financement des travaux de rénovation énergétique des logements. Le montant de l’éco-PTZ est compris entre 7.000 € et 30.000 € selon les travaux financés. Propriétaire comme simple occupant, il est ouvert à tous jusqu’au 31 décembre 2021.

Cependant, le chauffage électrique demeure à l’heure actuelle la seule option qui n’est éligible à aucune aide ni prime. Elle ne bénéficie non plus d’aucune incitation fiscale particulière.

Les systèmes de chauffage disponibles sur le marché (comparaison)

Il en existe une multitude.

Le chauffage de bois

chauffage de bois

Ce système consiste à brûler du bois et à profiter de la chaleur qui en résulte. Avec ce mode, vous aurez à choisir entre la cheminée, la poêle ou la chaudière.

Traditionnelle, la cheminée de bois est adoptée par la majorité. Pourtant, elle a un taux de rendement qui laisse à désirer (moins de 10 %). Contrairement à la poêle à bois qui, elle, excelle par son rendement et sa capacité de chauffe. Les chaudières à bois, quant à elles, sont sûrement votre meilleure option si vous possédez de grandes surfaces chez vous.

Toutefois, les installations à elles seules n’aident pas au choix décisif. Le combustible influe également sur la performance du chauffage au bois. Vous avez le choix entre les bûches, le granulé ou encore les plaquettes.

Les bûches sont les combustibles les plus utilisés et les moins chères. On en trouve en feuillus durs (idéal pour le chauffage) et en feuillus tendres (moins intéressant). Les granulés de bois (ou pellets) sont obtenus après compression de la sciure de bois. Résultats du broyage de bois, les plaquettes forestières sont mieux adaptées aux chaudières de grande puissance.

Atouts du chauffage de bois

  • adapté comme solution d’appoint que solution principale ;
  • ne demande pas un raccordement à une centrale ;
  • combustible disponible, le bois est accessible ;
  • moins cher, le chauffage au bois a l’avantage de coût par rapport aux autres modes.

Précisons aussi que le chauffage de bois est un mode de chauffage écologique. Il l’est encore plus lorsque le combustible utilisé est le granulé. Il vous assure aussi plein confort.

Insuffisances du chauffage de bois

  • investissement initial important ;
  • entretien fastidieux de la cheminée ;
  • espace de stockage nécessaire.

Aussi, le bois acheté doit être entreposé dans un endroit sec de préférence puisque le bois humide diminue le rendement du chauffage.

Le chauffage au gaz

chauffage au gaz

Tout comme le mode précédent, ce dernier est un chauffage de combustion. En effet, de l’eau est chauffée à partir du gaz brûlé. Elle (l’eau chaude) circule maintenant à travers la canalisation. Celle-ci peut être connectée à un système de sol chauffant ou à des radiateurs. Selon la situation géographique de la maison, vous avez le choix entre le gaz naturel et le propane.

La chaudière à condensation rend encore plus attirant le système de chauffage au gaz. Cette nouvelle technologie permet de réaliser des économies d’énergie allant jusqu’à 30 %. Sa performance fait parler d’elle par le plus grand nombre d’utilisateurs. Sa particularité réside dans le fait qu’au lieu de laisser s’échapper la fumée, elle la récupère. La fumée issue de la combustion est donc refroidie et la vapeur d’eau obtenue après le refroidissement est condensée. Cette technique tire le maximum de profit de l’énergie thermique de la vapeur.

Atouts du chauffage au gaz

Ce type de chauffage assure un confort optimal avec une charge de chauffe optimale. La distribution de la chaleur se fait de manière douce et homogène :

  • coût d’utilisation moyen, le prix de ce mode de chauffage est abordable ;
  • très utilisé, la technologie est donc maîtrisée. Cela vous évitera toute surprise ;
  • écologique avec le gaz d’origine naturel, mais aussi avec la chaudière à condensation ;
  • n’a pas besoin d’être stockée ;
  • moins cher qu’un système de chauffage à l’électricité.

Ce système est aussi très performant. Les chaudières à condensation permettent de tirer le meilleur profit d’une installation au gaz.

Insuffisances du chauffage au gaz

  • nécessite un raccordement au réseau
  • coût lié à la maintenance, la chaudière doit être entretenue périodiquement. Sinon, la sécurité du système est mise en question et il y a risque d’explosion ;
  • attention particulière lorsque le gaz utilisé est le propane, il requiert l’installation de citernes qui doivent être approvisionnées.

Sans oublier que le chauffage au gaz est plus onéreux que le chauffage au bois.

Le chauffage solaire

chauffage solaire

Le principe ici consiste à utiliser l’énergie thermique du soleil. Les rayonnements solaires captés par les panneaux servent à chauffer de l’eau contenue dans un ballon thermique. Pour des raisons d’ordre écologique, ce type de chauffage est très adulé.

Atouts du chauffage solaire

  • le soleil est disponible et renouvelable à l’échelle de vie humaine ;
  • pas d’émission de CO2 ;
  • économie d’énergie conséquente.

Insuffisances du chauffage solaire

  • coûteux : nécessite une installation. Les équipements ne sont pas offerts, ce qui rend la note particulièrement salée ;
  • l’intermittence de la source : la particularité des énergies renouvelables, c’est de ne pas toujours être disponible quand l’on en a besoin. Les heures de pointe de la production et de la demande peuvent ne pas correspondre ;
  • le chauffage solaire fait appel à un système d’appoint. Celui-ci peut être le gaz, le bois ou l’électricité ;
  • risque de surchauffe. Lorsque la demande est moindre, les panneaux solaires thermiques ont tendance à se chauffer.

Le chauffage électrique

chauffage électrique

Les appareils fonctionnant sous ce régime de chauffage s’utilisent en mode de rayonnement ou de convection. Vous avez entre autres :

Le radiateur à accumulation

C’est un appareil électrique à inertie. Il est lourd et volumineux. Le principe est de stocker la chaleur pendant les heures creuses. Elle est ensuite distribuée graduellement au cours de la journée.

Les radiateurs à infrarouges

Ils réchauffent directement les éléments qui se trouvent dans leur champ. Les personnes et les objets reçoivent donc directement la chaleur.

La chaudière électrique

Elle peut produire en plus de la chaleur, de l’eau chaude sanitaire.

Les pompes à chaleur (PAC)

Les PAC puisent la chaleur de la terre ou de l’air et la transfère à travers la maison.

Atouts du chauffage électrique

  • système de chauffage efficace et rapide d’installation ;
  • mode de chauffage respectant l’environnement. Lors de son fonctionnement, il n’y a pas d’émission de gaz à effet de serre, ni de fumées. La production d’électricité est d’ailleurs elle-même désormais décarbonée. Ceci grâce à l’électricité de source renouvelable et du nucléaire ;
  • entretien facile. Il ne nécessite pas de coût d’entretien particulier.

Insuffisances du chauffage électrique

  • son prix d’exploitation dépend de votre fournisseur en énergie électrique ;
  • le chauffage électrique n’est envisageable que pour les petites surfaces. Il serait totalement dépassé dans une grande pièce ;
  • il assèche l’air intérieur, réduisant ainsi le confort.

Autres types de chauffage

Hormis ceux cités, il existe également d’autres moyens de chauffage (pas des moindres). Il s’agit du chauffage au fioul, par géothermie et de la thermopompe.

Atouts

La thermopompe est une option polyvalente. Elle peut aussi fonctionner en mode climatisation. De surcroît, cet appareil sert de déshumidificateur. Le confort est donc évident. Il est pratique et économique. Il ne demande pas une installation particulière.

Le chauffage par géothermie est un système à bon rendement. La production n’est affectée par aucun contre temps. La source est disponible et renouvelable, rendant ainsi le PAC géothermique performant. Le stockage n’est pas nécessaire. C’est un système à 100 % écologique.

Le système au fioul offre des rendements très captivants. Choisissez les modèles récents (notamment les chaudières à condensation) pour plus d’avantages. Les planchers chauffants attisent la curiosité de bien de consommateurs. Cette technique chauffe de l’eau circulant dans les canalisations installées dans le sol.

Insuffisances

Le coût initial d’un système par géothermie est exorbitant. Il est important de l’installer sur un terrain approprié.

Le chauffage au fioul exige d’avoir de l’espace dédié à recevoir la cuve et la chaudière. Son entretien relève de normes strictes à respecter.

Le chauffage au sol hydraulique est difficile à réguler. Il ne convient pas à tous les types de maisons ni à toutes les saisons.

Les étapes pour l’acquisition complète d’un système de chauffage adéquat

Avant de vous lancer dans l’acquisition de votre chauffage, il est important de suivre certaines étapes. En les respectant, vous bénéficiez d’une installation économique, moins énergivore et performante.

Avant toute chose, les procédures administratives. En fonction de la zone (villes, régions, quartier), assurez-vous que vous avez respecté la législation. Vérifiez que vous avez obtenu toutes les autorisations nécessaires. Cette étape est tout aussi indispensable après votre choix. Par exemple, une déclaration est nécessaire pour un creuset de 10 mètres.

Évaluez aussi le besoin. Cette étape passe par les critères de choix. Déterminez de quoi vous avez exactement besoin (type, âge, usage de la maison). Le système est-il destiné à une construction en rénovation ou à une construction neuve. Êtes-vous en zone urbaine ou pas ? La nature de votre terrain peut-elle accueillir une installation géothermique? Votre maison dispose-t-elle d’espaces pour le stockage de combustible ? Vous n’avez qu’une seule piàce à chauffer ou désirez-vous chauffer toute la maison ? Tant de questions que vous devez vous poser. Ne laissez rien vous échapper.

Définissez votre budget sur le long terme. Cette étape est cruciale. Même si elle pourrait constituer une limite, elle vous permet d’aller à l’essentiel. Un système moins cher à l’achat pourrait engendrer des frais d’exploitation plus élevés. Prenez donc la question sous tous les angles.

Une fois le besoin évalué, procédez au choix. Il existe une multitude de systèmes sur le marché. Les possibilités sont variées. Des poêles aux radiateurs en passant par la PAC, choisissez selon votre profil. Consultez des experts au besoin.

Passez au dimensionnement ! Il s’agit ici de faire un bilan énergétique. C’est l’estimation de la puissance de chaudière nécessaire compte tenu du volume à chauffer. C’est une étape cruciale. En effet, un système surdimensionné entraînera un investissement élevé par rapport à la demande. L’appareil sera alors sous-exploité. Tandis qu’un sous-dimensionnement de l’équipement le fera fonctionner en sur-régime. Ceci impactera directement son efficacité énergétique ainsi que votre consommation. Un dimensionnement bien fait vous permettra de réaliser des économies d’énergie.

Faites appel aux professionnels ! Afin d’éviter de vous embrouiller, confiez-vous aux connaisseurs. Ils se chargeront des contrôles, du dimensionnement, de l’installation et de la maintenance de votre chauffage. En outre, certaines aides exigent l’intervention d’un professionnel. C’est le cas du chauffage par géothermie.

En respectant ces étapes, vous obtiendrez une installation économique, moins énergivore.

Le budget, et si on en parlait ?

prix chauffages

Le coût de l’installation dépend du type de chauffage et de l’appareil utilisé. Nous l’estimons dans la meilleure des situations (très bonne isolation).

Les chaudières à bois déchiqueté ont pour l’instant le coût de fonctionnement moindre. Comptez environ 2,7 € pour 100 kWh d’énergie en janvier 2016. Les chaudières à bûches suivent. À la même année, leur prix s’élève à environ à 3,6 € pour 100 kWh. Très commodes, les chaudières à granulés sont pourtant plus chères. Elles avoisinent 5,69 € pour 100 kWh.

Le chauffage au gaz vous revient approximativement à 6,86 € pour 100 kWh. Plus coûteux que les autres, le chauffage électrique coûte 16,07 € pour 100 kWh). Une installation de chauffage solaire est dans la plage de 1000 à 1500 €/m² de panneaux solaires. Le montant moyen pour un chauffage géothermique est entre 14 000 € et 18 000 €. Le chauffage au fioul est le plus cher (2230 € en 2017). Cette option présente de moins en moins d’intérêt. Elle sera d’ailleurs interdite d’ici 2022.

En résumé, le choix du système de chauffage dépend de vos priorités et de vos attentes. L’investissement dépend de l’espace à chauffer et de votre budget entre autres. Vous économisez en choisissant le bon système. Vous pouvez, néanmoins, confier la tâche à un professionnel qui établira un devis.

Les actualités à ne pas manquer

Conseils-Maisons.fr, 2021