manage_search

L'éco design ou le design écologique : principes et guide d'achat

  1. Ameublement >
  2. Mobilier écologique >
  3. Eco design
design écologique

Se situant à la croisée des chemins entre l’écologie et le design, l’écoconception ou le design écologique est un secteur en perpétuelle évolution. Aussi connu sous l’appellation de design respectueux de l’environnement, ce concept est apparu en France dans les années 2000. Il combine deux aspects de notre modernité, à savoir la culture et la nature. La société modifie continuellement son rapport à l’environnement et est consciente des problèmes à affronter, en l’occurrence la pollution et le réchauffement climatique. Le mobilier écologique est de plus en plus valorisé et s’efforce de minimiser l’impact de sa production sur l’homme et la nature. À cet effet, il importe de connaître l’essentiel sur le design écologique.

Définition et rôle du design écologique

Pour mieux comprendre à quoi renvoie le design écologique, il convient de le définir et de préciser son rôle.

Définition de l’éco design ou l’eco-conception

L’éco-conception est définie comme la démarche des matériaux fabriqués à partir de matières recyclées ou naturels qui répondent aux exigences environnementales. Cela fait partie de la mise en œuvre du développement durable. L’écoconception repose notamment sur la bonne solution et prend en compte les évolutions des caractéristiques du produit tout au long de son cycle de vie. Ce changement peut avoir un impact sur l’environnement. La recherche vise à obtenir la meilleure qualité de service tout en tenant compte de la nature. En pratique, le concepteur doit éviter les modifications susceptibles de réduire les caractéristiques du produit à fabriquer. Par exemple, l’amélioration de la recyclabilité des œuvres doit être vérifiée. Des questions ou des critiques doivent être soulevées sur les caractéristiques de l’outil en matière de poids, de production de déchets ou de fonction. En fait, la dégradation de l’élément est inacceptable. Cela signifie que le processus d’amélioration continue a été inclus dans les conceptions écologiques.

Le rôle de l’éco design

L’écoconception, c’est une manière d’être responsable de l’environnement écologique. L’objectif est de limiter l’impact environnemental du produit, tout en travaillant sur l’esthétique et la fonctionnalité optimale. Le design est le savoir-faire qui rend possible la mise en relation d’objets, d’espaces et de comportements. Pour protéger l’homme, l’écologie étudie la relation entre l’homme et la nature. Cela nécessite de minimiser l’impact des produits sur l’environnement et d’améliorer la qualité. Le design écologique est régi par des principes et peut être mis en pratique lors de la conception de la création. Lors de la description du cycle de vie du produit, il faut tenir compte :

  • de l’ensemble de ses composants
  • des objets concernés : les emballages à différents niveaux, les pièces détachées et consommables
  • des autres éléments qui peuvent être vitaux pour sa promotion.

Les concepteurs doivent être conscients que parmi ces éléments, l’impact sur l’environnement peut être plus important que l’impact sur le produit lui-même. Autrement dit, le principe de conception écologique intègre également l’approche multicritère dans tout le cycle de vie de construction de l’élément. En matière de problèmes de bâtiment, il existe des normes environnementales telles que la production de déchets, les émissions massives, etc. Grâce aux différentes normes en vigueur, l’écoconception est dorénavant un pilier en matière d’innovation et de productivité.

Le marché actuel du design écologique

Vous vous questionnez sur l’écoconception ? Sachez que cette tendance est encadrée. En effet, le marché dépend de normes, de principes et de directives.

Les normes de l’écoconception

Il existe principalement 3 normes dans le secteur du design écologique.

La norme Eup

Il faut savoir que la première directive sur l’écoconception, l’EuP (Energy-using-Products), est une réglementation applicable depuis janvier 2008. Elle concerne la consommation énergétique des produits. Son objectif est de la réduire au niveau des appareils et électroménagers grâce à une conception écologique. Depuis lors, elle a été remplacée par la nouvelle version de la directive 2009/125/CE.

La norme DEEE

La deuxième directive est appelée DEEE ou Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques. Elle concerne une partie des équipements électriques et électroniques (EEE) qui ne marchent plus dans leur état d’origine. Les appareils fonctionnant à la capacité du secteur ou aux champs électromagnétiques et ceux qui mesurent ces deux paramètres physiques sont considérés comme des EEE. La tension de ce type d’outil pour courant alternatif est inférieure à 1 000 volts et celle qui sert pour le courant continu est en dessous de 1500 volts.

La norme REACH

Le troisième règlement, appelé REACH (Registration Evaluation Autorisation of Chemicals Products), peut protéger la santé humaine et l’environnement des dangers causés par les produits chimiques. Pour ces derniers, la législation stipule d’une part que les opérateurs industriels et les vendeurs devraient être responsables de l’évaluation des risques. D’autre part, ils promettent également d’informer les utilisateurs des problèmes liés aux produits (santé humaine et environnement).

Par ailleurs, la Commission européenne a récemment approuvé quatre autres normes. Cela en vue d’accroître l’efficacité énergétique des moteurs électriques industriels, mais aussi des équipements de réfrigération. Ces équipements devraient permettre d’économiser 190 TWH supplémentaires par an. Le marché du design écologique en ligne estégalement une perspective d’avenir qui se modèle au fil du temps.

Les principes de la conception écologique

Le principe de la conception écologique repose sur des considérations environnementales. De façon spécifique, cela devient effectif en optant pour des matières premières durables ou en mettant en œuvre des modèles de fabrication non polluants.

L’énergie

L’objectif principal du design écologique est d’optimiser l’utilisation d’énergie et de matières premières à un niveau approprié. En fait, le design écologique reflète notre style de consommation et notre dévelopement durable. Ce nouveau concept est basé sur la lutte contre les déchets et les économies d’énergie. De la conception du produit à la fin de son cycle de vie, tout en considérant sa recyclabilité, les écoconcepteurs restent en réflexion. Recycler des objets anciens pour leur donner de meilleures formes implique également de réduire la consommation de matières premières et la pollution. En guise d’illustration, la France est un pays qui a un grand intérêt pour la conception écologique. Il existe de nouveaux produits fabriqués à partir d’éléments bruts renouvelables qui répondent aux exigences de protection de l’environnement.

Le développement

Aujourd’hui, le nombre de designers qui utilise du carton dans leurs réalisations augmente considérablement. Le choix de ce matériau repose sur :

  • sa ductilité
  • sa robustesse
  • sa recyclabilité
  • et son faible coût d’utilisation.

Grâce à cette ingéniosité, les créateurs ont contribué au développement durable. En fait, une production continue sans destruction de manière optimale pour améliorer la qualité de vie est l’objectif principal de la conception écologique. Outre le respect de l’environnement, la faisabilité technique et la maîtrise économique doivent également être considérées. Le design écologique a donné naissance à une nouvelle façon de penser, de créer et de consommer.

Le cycle de vie

Pour cette discipline, il faut prendre en compte l’ensemble du cycle de vie du produit. Il y a en plus de cela les impacts environnementaux massifs de la totalité de la chaîne de transformation, mais aussi de la mise au point des matériaux nécessaires aux maisons. L’écoconception ou conception verte s’organise selon les différents axes suivants. Tout d’abord, en considérant la consommation d’énergie dans le processus de fabrication et de distribution. Ensuite, en prenant en compte le rejet de déchets dangereux ou toxiques, leur destruction et l’impact écologique.

L’écoconception, transparence et notation

Depuis quelques années, les gouvernements tentent de promouvoir le marché écoresponsable. Ils établissent des stratégies basées sur l’information et l’évaluation. Aujourd’hui, les étiquettes comportent des indications précises. Le but ? Sensibiliser les acheteurs et favoriser les nouveaux modes de consommation. En outre, conformément aux lois en vigueur, les installations énergétiques sont désormais soumises à un système de notation.

L’étiquetage : quelles directives ?

Face à l’urgence climatique, le marché écologique propose des solutions. Et la transformation des modes de consommation commence par l’instauration d’une réglementation plus stricte. Depuis quelques mois, les autorités compétentes modifient le contenu des étiquettes. Désormais, pour chaque installation, les concepteurs ont pour obligation d’inclure les informations suivantes :

  • l’intitulé du produit ;
  • le producteur ;
  • le taux d’émission (monoxyde de carbone, oxydes d’azote, etc.) ;
  • le volume de polluants contenus ;
  • l’impact environnemental ;
  • la puissance.

L’échelle de notation : comment ça fonctionne ?

Les installations énergétiques représentent un enjeu majeur. Les écologistes tentent de réduire progressivement l’empreinte carbone en misant sur des équipements plus propres. Mais comment savoir si un chauffage est écoresponsable ? Les fabricants se basent sur une échelle de notation. Celle-ci mesure la classe énergétique. Les notes vont de G (la plus basse) à A++(la plus haute).
En parallèle, les designers confectionnent des structures plus propres en misant sur des matériaux recyclables.

Quelles sont les six étapes d’une démarche écoconceptuelle ?

L’écoconception ne s’improvise pas. Ce processus nécessite une construction progressive et minutieuse. Selon les professionnels, l’élaboration d’un produit écoresponsable se bâtit en six étapes :

  • identifier les enjeux et organiser le projet ;
  • mesurer l’impact environnemental ;
  • trouver des idées ;
  • valider les choix ;
  • évaluer le produit fini ;
  • créer une approche commerciale (mise sur le marché, etc.).

Les créateurs populaires

De nos jours, les designers se soucient de l’environnement. Les jeunes architectes s’attachent à créer des aménagements propres pour votre intérieur (maison, appartement). Mais qui sont ces ingénieurs novateurs et audacieux ? Au cœur du marché du meuble, deux noms ressortent régulièrement : Raffaella Loï et Fernando Laposse.

Philippe Starck

Philippe Starck est l’un des créateurs les plus connus de France. Il s’est particulièrement impliqué dans la réalisation de Freebox. Il collabore régulièrement avec des marques grand public. Philippe Starck s’intéresse de plus en plus à la mise en œuvre de créations plus responsables.

Martin Szekely

Martin Szekely est également un designer français utilisant les fondements de la conception écologique. Il se sert du bois renouvelable sur l’établi et a minimisé la colle et les vis. Tous ces éléments conservent une esthétique et une fonction très améliorées.

Ben Wilson

Ben Wilson est un designer britannique qui a fabriqué une chaise selon les principes du design écologique. Après cela, les composants de la chaise sont prédécoupés directement sur le contreplaqué. Ils sont ensuite livrés sans aucune modification. L’utilisateur doit assembler le tout par lui-même, et toutes les pièces peuvent être réunies naturellement. Cette conception simple augmente le volume, le transport, le stockage, le montage, etc.

Carla Tennebaum

Carla Tennebaum crée et aide les autres à imaginer des processus innovants à partir de ressources jetées. Son objectif est de montrer comment développer des produits efficaces et surprenants, mais également de mettre en exergue et d’évaluer chaque matériau. Elle travaille avec ce que d’autres appellent des déchets depuis près de 20 ans. Selon elle, tout doit être repensé et refait de manière intelligente, sûre et efficace pour maintenir la valeur des matériaux et restaurer la santé humaine et environnementale. Elle croit que plus d’hommes comprendront que cela est nécessaire et possible, il y aura une nouvelle révolution industrielle, culturelle et artistique dans le monde. C’est ce qui permettra d’ailleurs de concevoir, produire et consommer des biens.

Humberto et Fernando

Humberto et Fernando Campana sont deux frères créateurs brésiliens. Humberto est né à Sao Paulo en 1953 et Fernando a vu le jour à Sao Paulo en 1961. Jusqu’en 1983, lorsque les meubles étaient fabriqués avec des lignes originales et des matériaux inhabituels, personne n’était destiné à devenir des designers talentueux. Leur travail se situe entre deux tendances diamétralement opposées : la mise sur pied d’objets de manière traditionnelle et la production de masse en usine. Leur studio à Sao Paulo leur a offert une nouvelle expérience. Les œuvres imaginées par les frères Campana sont influencées par la culture brésilienne, par différentes ethnies et ont été repensés.

Rafaella Loï

Cette jeune conceptrice franco-italienne a hérité de l’entreprise familiale. Depuis des décennies, ses proches travaillent le marbre. Néanmoins, l’architecte se démarque de ses aïeuls en proposant des meubles en marbre écoresponsable. Comment fonctionne cette méthode ? Raffaella Loï récupère tous les morceaux de marbre et crée des structures en assemblant les fragments. Un pari audacieux. En effet, la roche est non recyclable. Raffaella Loï s’attache donc à éviter le gâchis et à déployer ses talents pour confectionner des caissons uniques.

Fernando Laposse

Ce designer mexicain confectionne des accessoires de décoration avec des bractées de maïs. Les bractées sont des feuilles situées sous la fleur. Lorsque le maïs est recueilli et vendu, les pétales sont jetés. Fernando Laposse les récupère pour créer des revêtements. Les surfaces se distinguent par leur coloris blanc, violet ou marron.

Les marques et où les trouver

Depuis quelques années, l’écologie tente de révolutionner les méthodes de fabrication. Le marché du meuble est particulièrement touché par les tendances écoresponsables. Dans ce contexte, de nouvelles enseignes émergent. Mais une marque se distingue de ses concurrentes : Lago. Alors, quel est le créneau de ce créateur hors pair ?

La CAMIF

Le thème de la CAMIF est « Changeons le monde de l’intérieur ». Elle s’engage ainsi à montrer l’exemple en matière de mobilier et de design respectueux de l’environnement dans tous les processus de fabrication de ses produits. L’entreprise utilise des forêts durables, du coton biologique et des textiles exempts de substances nocives pour vous fournir des meubles recyclables et faciles à réparer.

La marque Lago

La marque existe depuis plus d’un siècle. Sa popularité s’explique par sa volonté d’évoluer et de rendre le marché plus novateur. En effet, les meubles Lago sont réputés pour leur incroyable polyvalence. Mais l’enseigne s’engage également dans une production plus saine. Depuis quelques années, les ingénieurs Lago étudient l’impact environnemental à l’aide d’un logiciel sophistiqué. L’algorithme leur communique des informations sur la consommation. Cette étude donne l’opportunité de modifier les méthodes. Aujourd’hui, l’enseigne privilégie les composants recyclables et diminue le volume de ses déchets.

La marque Fôret

Le mobilier Fôret a été fondé en 2016 et travaille en étroite collaboration avec l’industrie du bois pour protéger et valoriser cette ressource naturelle. Les matières premières sont utilisées par les artisans locaux lors des courts-circuits pour s’assurer que vous avez des équipements solides. En effet, ils sont fabriqués selon des méthodes traditionnelles. Forêt réalise également vos projets d’ameublement et de décoration intérieure sur mesure.

La marque BUD

La marque BUD (Beau-Utile-Durable) associe les tables, les bancs, les lits, les étagères et tous les autres articles d’origine normande. Le bois qui sert à la fabrication provient du chêne de la forêt de gestion écologique de Lyon, permettant à BUD de vous proposer des solutions d’ameublement abordables. Les éléments que vous achetez vous seront fournis sous forme de trousse à outils avec du papier de verre pour faciliter l’entretien et éviter l’utilisation de produits chimiques.

Comment créer une décoration écoresponsable ?

Vous désirez vous inscrire dans une démarche plus écologique ? Pour les néo-décorateurs engagés, l’écodesign est LA solution. Mais l’installation d’un espace durable requiert des composants écoresponsables. Dans ce contexte, vous devez choisir entre deux options : le neuf et le recyclage.

Préserver l’écosystème avec du neuf, c’est possible ?

De nos jours, les concepteurs étudient minutieusement la biodiversité. Le but ? Extraire les ressources naturelles sans impacter l’environnement. Cet équilibre est délicat. Mais les ingénieurs trouvent des solutions. Si vous aimez l’esthétique du bois, sélectionner des chaises ou des tables en bambou. Avec ce composant biodégradable, vous avez l’opportunité de créer une déco chaleureuse et durable. Vous pouvez également choisir des accessoires en carton alvéolaire. Le concept séduit énormément les jeunes consommateurs. Et cet intérêt pousse les enseignes à innover et à imaginer des meubles en kraft.

Privilégier les accessoires d’occasion, une option fiable ?

Depuis quelques années, les concepteurs misent sur les meubles de seconde main. Ils récupèrent les structures que les propriétaires jettent et les transforment dans leur atelier. Cette démarche offre une nouvelle vie aux pièces. Vous désirez acheter une armoire d’occasion et la restaurer ? Rendez-vous dans une brocante ou dans un vide-maison.

Notre avis sur l’écodesign

L’écologie est présente dans tous les domaines. Elle change nos modes de consommation. Le marché de décoration est, lui aussi, touché par ces mutations. Désormais, les architectes et les acheteurs favorisent les accessoires de fabrication écoresponsable. Ce choix de la durabilité s’allie parfaitement à l’esthétique. En effet, les artisans audacieux se reposent sur leur créativité pour concevoir des pièces durables et raffinées.

En définitive, les exemples de conception écologique sont nombreux et variés et son champ d’application est encore très large. C’est un état d’esprit et une méthode qui ont trois objectifs. Il s’agit de diminuer l’impact environnemental, d’améliorer l’expérience utilisateur et de réduire les coûts de production.

FAQ

Comment faire de l’écoconception ?

Cette démarche requiert une organisation minutieuse. Avant de vous lancer, vous devez déterminer le projet, réaliser une étude environnementale, coordonner vos tâches, concevoir votre produit (objet, équipement, etc.) et élaborer une stratégie de vente (packaging, etc.) .

Quelle est la définition d’écoconcepteur ?

L’écoconcepteur est un créateur. Il confectionne un produit en examinant tous les enjeux environnementaux.

Comment l’écologie influence-t-elle le design ?

Les concepteurs fabriquent désormais des pièces avec des matériaux durables (plastique, carton, bambou, etc.), transformant considérablement le monde du design et ses architectures.

Partager ce contenu

Conseils-Maisons.fr, 2024