Logo Conseils-Maisons.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-Maisons.fr, 2021

Comment se chauffer moins cher qu'avec le chauffage électrique ?

alternatives plus économiques au chauffage électrique

En France, 3.4 millions de foyers doivent allouer par mois, 10 % de leurs revenus au payement de la facture de chauffage. Que vous soyez propriétaire ou locataire, habitant dans une maison ou dans un appartement, le chauffage conditionne le confort thermique de votre logement. Son achat est un investissement non négligeable qui doit être réalisé après une analyse de vos besoins et des offres disponibles sur le marché. Le critère le plus important qu’il faudra surveiller est donc la consommation.
En moyenne, il faut 1 726 euros pour assurer le chauffage à base d’énergie électrique chaque année. Pour ceux qui ont fait le choix du gaz, ce montant s’élève à 1 415 euros contre 811 euros dans le cas de l’option au chauffage au bois. Ces chiffres provenant de l’Ademe (L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) viennent soutenir le fait que le chauffage électrique est bien la plus énergivore de toutes les sources. L’objectif sera donc de déterminer les alternatives moins chères au chauffage électrique.

Le chauffage à granulés

Encore appelé chaudière à pellets, ce système de chauffe est l’une des plus économiques, car son fonctionnement est axé sur de la biomasse. Un mélange qui alimente le système de chauffage grâce à de la sciure de bois en granulés, plaquettes ou pellets. Ce type de combustible est de plus en plus vulgarisé et adopté par les ménages souhaitant faire de meilleurs épargnes sur leurs factures électriques.

Rappelons que le bois est la source d’énergie naturelle la moins onéreuse en France selon l’ADEME. Le processus de chauffage des granulés est presque la même que celui de l’option au gaz.

Principe de fonctionnement et avantage

De l’eau contenue dans un réservoir est chauffée puis transférée dans la tuyauterie prévue à cet effet et atterrit finalement dans les radiateurs. Ces derniers sont chargés de la propagation de la chaleur dans toute la maison.

Une astuce bien connue lorsque vous optez pour un système de chauffe à granulés, c’est que vous pouvez y raccorder votre silo d’eau chaude. Vous obtenez ainsi la ressource nécessaire pour alimenter le dispositif sanitaire. Il s’agit d’un autre avantage, qui vous permet de réaliser de petites économies sur la consommation de la chaudière. De plus, il est facile à installer surtout si un circuit de charbon de fioul ou de gaz existe déjà. C’est un mode autonome contrairement aux alternatives fonctionnant avec des buches qui doivent être nourries manuellement.

Par ailleurs, étant donné qu’il s’agit principalement de sciures et de copeaux de bois, le chauffage à granuler permet de valoriser ces déchets. En gros, c’est une source d’énergie biologique et renouvelable qui favorise le renouvellement de l’écosystème. Plus économiques que l’électricité qui s’élève en moyenne à 0.1 557 /kWh, les granulés vous reviennent à 0.065 euro/kWh (400-1 088 euros par an).

Un rendement de chauffage économique

En termes de puissance, le chauffage a granulé couvre plus de 60 % du chauffage domestique et est capable d’atteindre les 90 % de rendement. Le rendement estimé en pourcentage est le rapport entre la chaleur que le système est capable de produire et la consommation de granulés de bois. Notez qu’avec l’achat d’un modèle à condensation, vous pourriez atteindre les 100 % d’efficacité. Vous pouvez aussi faire le choix de la poêle à bois décompacté ou en forme de bûches qui vous coûtera en moyenne 800 euros l’an.

Le chauffage au gaz naturel

Avec l’avancée des réformes énergétique, on dénombre 40 % de ménage qui choisissent une installation de chauffage axé sur le gaz. Ce sont des résultats encourageants sur un point de vue écologique, mais également pécuniaire. En effet, la combustion de gaz est non seulement plus propre, mais également moins chère que les autres sources d’énergie.

Les différents modèles de chauffage au gaz naturel

Afin de convenir aux besoins du plus grand nombre, vous disposez de plusieurs modèles sur le marché. Pour la qualité de leurs rendements et selon le besoin en chauffage de chaque pièce de la maison et votre budget, choisissez entre :

  • le chauffage à condensation
  • le chauffage à faible température
  • le chauffage à forte performance énergétique.

Quel que soit votre choix, son coût sera de 0.066 euro / kWh en moyenne. Trouvez le fournisseur idéal en vous basant sur les avis des consommateurs et en effectuant un comparatif. Vous aurez ainsi des devis qui vous permettront de ramener votre dépense annuelle d’énergie à 1056 euros.

Comment installer un chauffage au gaz naturel ?

Lorsque vous bénéficiez d’un accès au gaz de ville, une installation est certainement déjà en place. Il vous suffira donc d’effectuer un raccordement au dispositif existant. Le besoin d’espace dans ce cas est donc minime. A contrario, si vous n’êtes pas connecté au réseau local de fourniture, vous serez obligé de faire l’achat d’un ballon qu’il faudra remplir une fois par an.

Ce coût viendra en augmentation des frais d’entretien obligatoire et du prix de l’abonnement annuel. De plus, le stockage de combustible s’avère inutile. Ce type d’appareil de chauffe convient aux condominiums comme aux maisons et coûte environ 0,60 euro au mètre cube et donne droit au crédit d’impôt.

Le chauffage au fioul

Ce type de chauffage produit et dispense de la chaleur en brûlant du fioul grâce à un réservoir d’eau intégré. Les versions à condensation offrent un rendement de plus de 20 % comparativement aux autres modèles de ce mode de chauffage. Ceci s’explique par le fait qu’il arrive à emmagasiner une bonne part de la chaleur produite ce qui optimise le temps de chauffage.

En choisissant ce fonctionnement, vous n’aurez pas d’abonnement à payer et vous avez la possibilité de bénéficier d’une prime pour la réalisation des travaux. Notez que le baril de fioul pour un usage domestique est de 0,09 euro en général. Toutefois, ce tarif fluctue énormément.

De nouvelles réglementations sont mises en place par le gouvernement français pour réduire l’émission de CO2, une perspective pour 2030. Ceci passe principalement par l’annulation des aides substantiels qu’ils accordent actuellement. Le conseil des experts-chauffagistes est donc chargé de transformer les réservoirs de fioul en ballon de gaz. Cependant, si vous prévoyez une utilisation sur la durée de votre appareil de chauffe, le mieux est d’opter pour un mode dans l’ère du temps.

La pompe à chaleur

Souvent combinée à un radiateur de basse amplitude, la pompe à chaleur (PAC) absorbe de l’air extérieur qui est transformé dans le système de chauffe. Il s’agit du PAC aérothermique qui peut couvrir jusqu’à 70 % des besoins en chauffage d’une construction. Vous pouvez également faire le choix d’une pompe Hydrothermique axé sur l’eau ou Géothermiques pour l’énergie sous terrestre. Ces sources de combustion sont naturellesrenouvelables et surtout durables. De plus, elles impacteront vos dépenses énergétiques à hauteur de 900 euros en moyenne chaque année.

Le chauffage solaire

De toutes les alternatives au chauffage électrique, le mode à énergie solaire est la plus écologique et la moins cher, mais uniquement sur le long terme. Certes, il vous faudra établir un budget sérieux puisque l’installation demande un investissement qui peut atteindre les 22 000 euros. Aussi, quelle que soit votre zone d’habitation et le climat qui y règne, vous pouvez réaliser des économies comprises entre 10 et 50 % de la consommation habituelle.

Par ailleurs étant donné que le chauffage solaire est inscrit aux palmarès des options pour une meilleure efficacité écologique, l’État français apporte sa contribution. Ceci se traduit par des subventions et aides pour l’achat et la pose des panneaux solaires. Ainsi, le chauffage au bois est considéré aujourd’hui comme le combustible le plus économique du marché puisqu’il pèse deux fois moins cher sur votre facture d’électricité. Cependant, le panneau rayonnant infrarouge est une piste intéressante à creuser.

Conseils et astuces pour réaliser des économies sur le chauffage de votre habitation

Malgré tout, les chiffres montrent que la dépendance de la France envers le concept tout électrique depuis les années 1970 à laisser des traces. Ce sont donc 8,2 millions de ménages qui utilisent encore aujourd’hui les modes de chauffage électrique. Cependant, si vous n’êtes pas prêt à changer votre source d’énergie, il est toujours possible d’améliorer le système de chauffage électrique que vous utilisez. Avec l’évolution de la technologie, il existe désormais des versions qui consomment moins. Vous économisez donc bien en passant de l’utilisation d’un modèle convecteur à un radiateur.

L’isolation de votre habitation

Le premier paramètre à prendre en compte est l’isolation de votre demeure. En effet, lorsque ces travaux sont bâclés ou réalisés avec des matériaux de mauvaise qualité, vous êtes victime de déperdition. Votre chauffage doit donc compenser cette perte de chaleur ce qui impacte votre consommation et par ricochet le montant de votre facture. Selon les expertes, des économies à hauteur de 25 % sont réalisées lorsque les pièces sont isolées correctement. Un logement dans ces conditions, maintient et optimise la chaleur ce qui permet au chauffage de travailler moins et donc d’avoir une meilleure durée de vie.

Par ailleurs, la loi POPE a été instituée afin de récompenser les habitations conformes aux nouvelles normes d’isolation en vigueur. Si par contre vous souhaitez démarrer des travaux d’isolation pour améliorer la performance énergétique de votre construction, ma prime-rénov est là pour vous soutenir. Les radiateurs électriques connectés

Il s’agit des modèles les plus évolués du marché qui sont dotés d’une greffe de thermostat numérique qu’il est possible de manier à distance. Avec son détecteur de présence intégré, il s’éteint automatiquement quand l’habitation est inoccupée. Cela réduit grandement votre consommation tout en garantissant votre confort intérieur.

Les radiateurs électriques à accumulation

Le principal avantage de ce chauffage, c’est qu’il emmagasine le chauffage qu’il produit et le distribue dans le logement par rayonnement pendant les heures pleines. Vous le mettez en marche pendant les heures creuses de la journée pour bénéficier des fluctuations à la baisse du prix du kWh. La résistance peut donc être chargée grâce à la constitution réfractaire qui au demeurant peut être jugée trop imposante.

Les radiateurs électriques à inertie

Cette alternative est disponible en deux versions : l’option à fluide caloporteur et celle à inertie sèche. Outre une légère différence dans leur mode de fonctionnement, ils offrent tous les deux une meilleure qualité de régulation du chauffage. En effet, une douce chaleur est distribuée de façon homogène, ce qui maximise le confort du logement. De plus, le système à fort taux d’inertie utilisé dans leurs fabrications permet une réduction substantielle de la consommation d’électricité.

Il existe plusieurs autres solutions qui pourraient vous aider à réduire votre consommation. Vous pouvez par exemple veiller à éteindre le chauffage plusieurs minutes avant d’ouvrir pour une longue durée les fenêtres peut-être quand vous faites le ménage. Baissez de temps à autre de quelque peu la température des radiateurs : un 1 % réduit fait gagner 5 % d’énergie. C’est simple, n’allumez le chauffage que lorsque c’est nécessaire et veillez à son entretien périodique. Selon le mode de chauffage que vous auriez choisi, il joue également le rôle de chaudière pour la fourniture d’eau chaude sanitaire (bain, toilettes…).

Conseils-Maisons.fr, 2021