Logo Conseils-Maisons.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-Maisons.fr, 2021

4 conseils pour réduire ses charges de copropriété

conseils pour réduire charges de copropriété

Qu’est-ce que les charges de copropriété ?

Pour comprendre comment réduire les charges de copropriété, il faut d’abord comprendre le fonctionnement d’un immeuble.

Une copropriété désigne un immeuble dont la propriété est répartie entre différents copropriétaires. Chacun d’eux possède un lot privatif (un appartement, une cave, une place de parking, etc.) et une quote-part des parties communes.

Les copropriétaires se réunissent tous les ans lors d’une assemblée générale et prennent des décisions concernant la copropriété. Les charges de copropriété permettent de couvrir les frais nécessaires à la réalisation des projets votés lors de l’assemblée générale, ainsi que l’assurance de la copropriété, les honoraires du syndic de copropriété, les factures des fournisseurs d’énergie, etc.

Chaque copropriétaire est redevable des charges de copropriété à la hauteur de sa quote-part des parties communes. Ce montant peut peser lourd dans le budget d’un foyer. Mais il est important de noter que le montant des charges varie en fonction des décisions prises par les copropriétaires lors de l’assemblée générale. Il est donc possible pour le syndicat des copropriétaires d’optimiser son budget. Voici nos quatre conseils pour faire des économies en copropriété.

Conseil n°1 : La renégociation des contrats de tous les prestataires

En copropriété, il est nécessaire de faire appel à de nombreux prestataires pour différents services : le nettoyage des parties communes, la maintenance de l’ascenseur, l’entretien des espaces verts, etc.

Il n’est pas rare que le prix de ces prestations augmente chaque année un peu plus. Pour réaliser des économies, il est donc nécessaire de contrôler régulièrement les montants exigés et de renégocier les contrats à leur date d’anniversaire. C’est généralement l’une des missions du syndic de copropriété, mais le conseil syndical peut également s’en charger.

Chaque copropriétaire est également en droit de proposer le prestataire de son choix lors d’une assemblée générale. Pour ce faire, il lui suffit de contacter différents prestataires pour établir des devis et contacter le syndic de copropriété par lettre recommandée avec accusé de réception pour ajouter l’étude de ces devis lors de la prochaine assemblée générale.

Grâce à ces deux solutions, il est facile d’obtenir des prix très compétitifs pour les différentes prestations en copropriété.

Attention ! Veillez toutefois à comparer toujours les prestations proposées par le fournisseur et son prix. Ce n’est pas toujours le fournisseur le moins cher qui aura le meilleur rapport qualité/prix.

Conseil n°2 : Le choix du syndic non-professionnel

Conformément à la loi du 10 juillet 1965, toutes les copropriétés doivent avoir un syndic de copropriété. Son rôle est de faire appliquer les décisions prises lors de l’assemblée générale, d’entretenir l’immeuble, de gérer les prestataires, de réaliser les appels de fonds, etc.

La forme la plus répandue parmi les copropriétés est le syndic professionnel. Dans ce cas, la gestion de l’immeuble est confiée à une société externe en échange du paiement d’honoraires. Cependant, le syndic de copropriété professionnel est souvent un poste de dépenses très coûteux pour la copropriété. En effet, en plus des honoraires, s’ajoute le paiement de frais supplémentaires en cas de prestations annexes telles que l’organisation d’une assemblée générale extraordinaire ou la production de certains documents tels que l’état daté.

Il est donc conseillé de mettre en concurrence le syndic de copropriété en place. Concrètement, cela signifie proposer d’autres devis de syndic lors de l’assemblée générale. Le changement de syndic et l’élection du nouveau syndic sont votés à la majorité absolue de l’article 25, c’est-à-dire la majorité de tous les copropriétaires.

Et pourquoi ne pas se laisser tenter par le syndic non-professionnel ? Il en existe deux formes. En syndic bénévole, un seul copropriétaire est choisi en tant que syndic. Alors qu’en syndic coopératif, tous les conseillers syndicaux gèrent la copropriété sans intermédiaire. La création d’un syndic bénévole ou coopératif dans une copropriété permet de supprimer les honoraires de syndic et de générer ainsi de grandes économies. Ce mode de gestion est non seulement économique, mais également plus transparent et convivial.

Conseil n°3 : L’optimisation des factures d’eau et d’énergie

L’amélioration de l’éclairage dans la copropriété

Pour faire diminuer les factures d’électricité, le remplacement des ampoules classiques par des ampoules LED dans les parties communes est une solution efficace. En effet, les LED sont bien moins énergivores.

Il est également possible de diminuer les périodes d’éclairage. Pour cela, c’est simple, il suffit de faire installer des détecteurs de présence dans les parties communes. Avec cette solution, les parties communes ne sont pas éclairées constamment, ce qui fera grandement diminuer le montant des factures.

L’entretien du chauffage collectif

Le chauffage collectif en copropriété est également un poste de dépense coûteux. Cependant, si la maintenance représente un budget conséquent, il est très important de la continuer assidûment. En effet, une chaudière bien entretenue aura de meilleures performances sur le long terme.

Comme pour l’éclairage, pour réaliser des économies, il suffit d’optimiser l’usage du chauffage. Pour cela, deux solutions existent. Premièrement, couper le chauffage en période de beaux jours, c’est-à-dire de mai à octobre. Deuxièmement, il est possible de simplement réduire la température de chauffe de quelques degrés. Par exemple, en diminuant le chauffage d’un simple degré, la copropriété peut économiser jusqu’à 7% du montant de la facture.

L’installation de compteurs d’eau individuels

La plupart des immeubles anciens possèdent un compteur d’eau collectif. Dans ce cas, la consommation d’eau est répartie entre copropriétaires selon la superficie de leur lot ou leur quote-part de parties communes. Il convient de noter que les copropriétés qui utilisent un compteur d’eau collectif ont généralement une facture plus élevée.

Ainsi, l’installation de compteurs d’eau individuels permet de réaliser des économies mais également d’obtenir une répartition plus juste des charges de copropriété entre tous les copropriétaires car chacun paie sa consommation réelle.

Conseil n°4 : La réalisation de travaux de rénovation énergétique

Un moyen très efficace pour réaliser des économies pérennes en copropriété et d’effectuer des travaux de rénovation énergétique dans l’immeuble. Il est vrai qu’à première vue, cette solution demande un investissement de départ important mais les effets à long terme ne seront pas négligeables.

Par exemple, en investissant dans une meilleure isolation thermique, la copropriété souffrira moins de déperditions énergétiques, ce qui réduira les factures d’énergie. Le passage aux énergies renouvelables, par la pose de panneaux solaires par exemple, est également un bon moyen de réduire les factures d’électricité.

Comment savoir quels travaux sont nécessaires ? Rien de plus simple : il suffit de faire réaliser un diagnostic technique global à la copropriété. Le prestataire fournira un plan pluriannuel de travaux, c’est-à-dire une suggestion de travaux de rénovation énergétique à réaliser dans la copropriété dans les 10 prochaines années. Les copropriétaires s’entendent ensuite sur les travaux à effectuer et les modalités de mise en œuvre.

Conseils-Maisons.fr, 2021