Logo Conseils-Maisons.fr
Icône de menu hamburger
Conseils-Maisons.fr, 2021

Comment bien choisir son électricité verte moins chère

  1. Energie >
  2. Energie verte >
  3. Electricité verte >
  4. Electricité verte moins chère
électricité verte moins chère

Éclairage, électroménager, multimédias et parfois chauffage, l’électricité est au cœur du confort moderne et du mode de vie actuel. Malheureusement, ces dernières années son prix ne cesse d’augmenter. Selon une étude de l’INSEE, le Tarif Réglementé de Vente (TRV) a augmenté de près de 50 % en 10 ans. Cette hausse devrait se poursuivre et le TRV est attendu en hausse de 1,73 % au 1er février 2021. En cause, l’augmentation du coût du kWh sur le marché européen, de celui du renouvellement des moyens de production nucléaires et thermiques et de la maintenance du réseau distribution. À ce problème de coût s’ajoute celui de l’impact environnemental de la production. Non polluante, l’électricité verte est le plus souvent moins chère : une bonne idée pour alléger votre facture !

Électricité verte : de quoi parle-t-on ?

Est qualifiée de verte une énergie produite exclusivement à partir d’une source d’énergie renouvelable. Ces moyens de production présentent l’immense avantage de ne nécessiter aucune énergie fossile contrairement aux centrales nucléaires qui nécessitent un approvisionnement en uranium et aux centrales thermiques qui reposent sur la combustion de pétrole, de charbon ou de gaz naturel. La production d’électricité verte, en n’émettant aucun gaz à effet de serre, participe aux objectifs du pays en matière de transition énergétique et d’amélioration de son bilan carbone. La France qui souhaite atteindre une économie décarbonée avant 2050 mène une politique de transition énergétique très active. Dans ce cadre, l’électricité verte est promise à un bel avenir tout en offrant dès à présent une solution à tous les consommateurs soucieux de contribuer à cet effort environnemental important pour les générations futures.

Bon à savoir

L’électricité verte issue des énergies renouvelables est bien sûr strictement identique du point de vue de ses caractéristiques techniques à l’électricité grise produite dans les centrales nucléaires thermiques. Electricités verte et grise sont injectées dans le réseau pour former l’électricité domestique (230V 50 Hz)distribuée aux particuliers. La différence tient uniquement dans l’aspect renouvelable et non polluant de l’électricité verte qui permet d’envisager un développement vraiment durable !

Comment est produite l’électricité verte ?

La classification électricité verte recouvre aujourd’hui en France une réalité très concrète. Les énergies renouvelables utilisées sont multiples et les technologies mises en œuvre parfaitement maîtrisées. L’hydroélectrique, l’éolien, le solaire et la biomasse sont déjà bien présentes dans le mix électrique français tandis que la géothermie et les énergies marines (usines marémotrices, houlomotrices et hydroliennes) sont en cours de développement. Les chiffres publiés par RTE (Réseau de Transport d’Électricité) permettent d’établir un bilan précis du poids de l’électricité verte dans la production nationale :

L’hydraulique

Liées à des conduites forcées installées en montagne ou à des barrages édifiés sur le cours des fleuves, les centrales hydrauliques transforment l’énergie cinétique de l’eau en énergie mécanique puis électrique. Selon EDF, la France compte en 2021, 2300 installations hydroélectriques de tous types et de toutes dimensions. Ces installations produisent 11,2 % de l’électricité produite dans le pays.

L’éolien

Depuis la Haute Antiquité, l’homme utilise la force du vent pour entraîner ses moulins. Aujourd’hui, en plaine et sur les hauteurs (éolien onshore) ou même en mer (éolien offshore), l’énergie cinétique du vent est transformée en énergie mécanique par les pales des éoliennes. Cette énergie mécanique est utilisée pour faire tourner un générateur de courant. L’éolien représente aujourd’hui 6,3 % de la production nationale d’électricité.

Le solaire

Issue de la conquête spatiale, la cellule photovoltaïque permet de transformer le rayonnement solaire en électricité verte. La recherche a permis ces dernières années d’améliorer le rendement de ces cellules qui avoisine aujourd’hui les 30 %. Installés sur des toits ou sur des pentes naturelles bien orientés, les panneaux photovoltaïques produisent au moindre rayon de soleil. Le bon ensoleillement du pays, notamment des régions sud, permet le développement de cette source d’énergie qui représentait au 31 mars 2020 10072 MW soit 2,2 % de la production française. Le solaire thermique qui consiste à concentrer les rayons solaires pour faire chauffer de l’eau, obtenir de la vapeur et utiliser cette dernière pour entrainer un turbo-alternateur n’est pour le moment pas utilisée en France. Cette technologie est pour l’heure exploitée dans quelques centrales de des déserts américains et israéliens

La biomasse

Les centrales à biomasse utilisent le pouvoir calorifique du bois, des végétaux, des déchets agricoles, des ordures ménagères organiques ou même du biogaz issu de leur fermentation pour produire de la vapeur. L’énergie de cette dernière permet d’entrainer via une ou plusieurs turbines un ou plusieurs alternateurs. On fera remarquer que la combustion des végétaux ne rejette dans l’atmosphère que le carbone que ceux-ci ont capté durant leur vie. À ce titre, le bilan carbone de leur valorisation reste neutre. La combustion des ordures ménagères, si elle n’est pas décartonnée, permet cependant la valorisation de ces déchets tout en évitant leur accumulation en décharge. Un excellent moyen de gestion des ordures ménagères et de limitation de la pollution des sols. Tous types confondus, la biomasse permet de produire 1,8 % de l’électricité française.

La géothermie

La géothermie moyenne et haute température utilise les calories contenues dans certaines nappes d’eau de sous-sols particulièrement riches en la matière (la Guadeloupe ou l’Alsace par exemple) pour générer de la vapeur. Concrètement, de l’eau sous pression est envoyée dans ces nappes phréatiques chaudes pour produire de la vapeur. Dans certains cas, c’est eau chaude captiver en sous-sol qui est captée pour être utilisée en surface. L’énergie cinétique de la vapeur générée est transformée via des turbines en énergie mécanique, elle-même transformée en électricité par le biais d’alternateurs.

Les énergies marines

Qu’il s’agisse d’utiliser la force des marées (usine marémotrice), des vagues (installation houlomotrice) ou des courants marins (hydroliennes), les 3427 km de côtes françaises (sur l’Atlantique et la Méditerranée) offrent un potentiel important tout comme bien sûr les nombreuses îles des départements et territoires d’outre-mer ! Construite en 1966, l’usine marémotrice de la Rance fait figure de précurseur dans le domaine. Complexes, les énergies marines n’en sont pas moins prometteuses et de nombreux projets sont en cours pour permettre à terme l’exploitation de la puissance de l’océan.

L’équivalence : une notion importante !

La fourniture d’électricité verte repose sur le principe de l’équivalence. Concrètement l’électricité issue d’une énergie renouvelable est injectée dans le réseau de distribution où elle se mélange avec l’électricité produite par les centrales nucléaires et thermiques. Le fournisseur vert s’engage donc auprès de son client à produire une quantité d’électricité verte équivalent à celle qu’il lui distribue. Depuis le 1er janvier 2012, l’électricité verte est certifiée par une Garantie d’Origine. Ce document électronique atteste que l’électricité injectée dans le réseau de distribution est issue d’une énergie renouvelable non polluante. La Garantie d’Origine s’impose donc comme un document contractuel important qui permet aux fournisseurs d’attester de l’équivalence sur laquelle repose son offre verte.

Bon à savoir

Plus elles se développent, plus les énergies renouvelables sont compétitives : le coût de production de l’électricité vert diminue et en bout de chaîne le consommateur profite d’un kWh meilleur marché ! Un constat intéressant au moment où les coûts du nucléaire augmentent du fait des investissement nécessaires pour renouveler le parc de réacteurs. Ainsi le mégawatt éolien est aujourd’hui estimé à 44 €, celui du solaire à 60 € et celui fourni par un réacteur de type EPR à 110 € !

Les avantages de l’électricité verte

Les consommateurs qui choisissent l’électricité verte diminuent de facto leur empreinte carbone. Ce choix éco responsable permet de soutenir le développement des énergies renouvelables dans le pays et la transition vers un mix électrique plus respectueux de l’environnement. Aujourd’hui, l’électricité française est issue à 70,6 % du nucléaire, 7,9 % du thermique fossile et 21,5 % des énergies renouvelables. L’électricité verte ne présente que des avantages :

  • elle améliore la qualité de l’air ;
  • elle ne pollue par les sols ;
  • elle s’appuie sur des ressources naturelles inépuisables ;
  • elle diminue votre empreinte carbone et protège la planète ;
  • elle crée des emplois locaux et très qualifiés ;
  • elle diminue l’importation de matières premières coûteuses (uranium et pétrole) ;
  • elle permet la valorisation des déchets ;
  • distribuée par un fournisseur choisi pour son offre avantageuse, l’électricité verte peut vous faire faire d’importantes économies.

Quel prix pour l’électricité verte ?

Ouvert à la concurrence depuis le 1er juillet 2007, le marché de l’électricité est aujourd’hui exploité par de nombreux fournisseurs. L’arrivée de nouveaux acteurs en plus d’EDF, fournisseur historique d’électricité en France, a considérablement dynamisé le marché. Le consommateur peut aujourd’hui faire jouer la concurrence pour choisir l’offre d’électricité la plus écologique et la plus avantageuse. Entre Tarif Réglementé de Vente (TRV) et offres de marché, les particuliers sont désormais libres de choisir. L’électricité verte fait partie des offres de marché, et son kWh est bien souvent proposé à un prix inférieur à celui du TRV. Avant de vous lancer dans un comparatif des offres actuelles, il est bon de savoir de quoi est constituée votre facture. Celle-ci comprend toujours 4 postes distincts :

L’abonnement

Le prix de l’abonnement est modulé en fonction de la puissance délivrée à votre logement. Cette puissance est exprimée en kVA. Généralement, les tout petits logements (inférieurs à 30 m²) nécessitent une puissance de 3 kVA, les petits logements (inférieurs à 80 m²) 6 kVA, les logements moyens (de 80 à 100 m²) 9 kVA, les grands logements (de 100 à 160 m²) 12 kVA et au moins 15 kVA pour les très grands logements (supérieurs à 160 m²). L’abonnement lié à la puissance délivrée à votre compteur représente la partie fixe de votre facture !

Votre consommation

Le fournisseur comptabilise le nombre de kWh consommés depuis votre dernière facture et les classent éventuellement dans sa grille tarifaire (heures pleines, heures creuses, semaine ou week-end) en fonction de l’offre que vous avez souscrite. Le nombre de kWh est multiplié par le prix unitaire du kWh. Celui-ci est fixé par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) si vous êtes au tarif réglementés ou par votre fournisseur lors de la souscription d’une offre de marché !

Les frais d’acheminement

De son centre de production à votre compteur, l’électricité est acheminée via un réseau qu’il faut entretenir et gérer. Les lignes haute tension sont gérées par RTE (Réseau de Transport d’Électricité) et les lignes basse tension par Enédis. Les consommateurs règlent des frais d’acheminement à ces deux gestionnaires via le Tarif d’Utilisation du Réseau Public d’Électricité (TURPE). Ces frais représentent entre ¼ et 1/3 du montant total de votre facture.

Les taxes et contributions

En France, l’État applique 4 taxes sur votre facture pour un montant équivalent à environ 1/3 de cette dernière :

  • La TVA (Taxe dur la Valeur Ajoutée) au taux de 5,5 % sur l’abonnement et 20 % sur la consommation.
  • La CTA (Contribution Tarifaire d’Achèvement) qui alimente la caisse de retraite des gaziers et électriciens. Elle représente 1 % de votre facture.
  • La CSPE (Contribution au Service Public d’Électricité) qui finance le développement des énergies renouvelables. Son montant est ajouté au prix du kWh.
  • La TCFE (Taxe sur la Consommation Finale d’Électricité). Cette taxe locale est fixée par la commune et le département du lieu de distribution.

Au moment de choisir votre fournisseur et son offre verte il est donc important de comparer les prix de l’abonnement et ceux du kWh. Attention certaines options comme les heures creuses nocturnes ou en week-end peuvent rendre une offre plus attractive qu’une autre malgré un prix unitaire du kWh plus élevé.

Comment changer de fournisseurs ?

changer de fournisseur d'énergie

Vous n’hésitez plus à changer de fournisseur d’énergie ? C’est très simple et cela va vous prendre moins d’une demi-heure ! L’ouverture du marché à la concurrence s’est faite dans la simplicité des démarches à accomplir par le consommateur. Il vous suffit de contacter votre nouveau fournisseur. Ce dernier va analyser vos besoins pour vous proposer l’offre correspondant le mieux à vos besoins et votre mode de vie. Pour mettre en place votre nouveau contrat, le fournisseur à besoin d’identifier précisément votre point de distribution (le PDL sur les compteurs analogiques et le PRM sur les compteurs Linky) ainsi que vos indices de consommations (Heures Pleines et Heures Creuses s’il y a lieu). Ces éléments vont non seulement lui permettre de clôturer lui-même le contrat en cours auprès de votre fournisseur actuel. La bascule d’un fournisseur à l’autre s’effectue bien évidemment sans coupure ni même intervention technique à votre domicile.

Comment choisir votre nouveau fournisseur ?

Chaque fournisseur à sa propre politique commerciale. Il achète l’électricité sur le marché de gros à l’échelle européenne pour ensuite vous la revendre. Certains fournisseurs se sont spécialisés dans la fourniture d’électricité verte c’est-à-dire 100 % renouvelable. Identifiez ces fournisseurs et comparez leurs offres. Pour ce faire vous devez être attentifs :

  • au prix du kilowatt-heure d’électricité verte ;
  • aux options tarifaires ;
  • à l’origine garantie de l’électricité fournie ;
  • à la qualité du service client (compte client en ligne, application mobile, disponibilité 6j/7 de la plateforme téléphonique) :
  • l’existence d’un programme de parrainage et ses avantages.

Pour comparer les offres vertes, n’hésitez pas à consulter les palmarès publiés par les magazines des associations de protection des consommateurs ou même à utiliser un comparateur en ligne. Très simple à utiliser, le comparateur en ligne n’en est pas moins très précis. Ce dernier va vous interroger sur la localisation de votre logement, sa superficie, son mode de chauffage, ses équipements et la composition du foyer. Ces éléments vont permettre au calculateur intégré de déterminer l’offre verte du moment la plus compétitive pour vous ! Certains comparateurs en plus de vous guider vers une solution verte et moins chère vous offre un code promo pour bénéficier d’avantages clients inédits. Quelques clics tout à la fois bon pour votre portefeuille et l’environnement.

Quels fournisseurs proposent une électricité verte ?

Si l’ouverture du marché s’est accompagnée de l’arrivée sur celui-ci de nombreux nouveaux fournisseurs, tous ne sont pas encore passés au vert, loin de là ! Heureusement quelques fournisseurs soucieux de soutenir la transition énergétique et de répondre à la préoccupation environnementale des consommateurs ont élaborés des offres 100 % vertes (liste non exhaustive de 20 fournisseurs présents sur ce segment écologique) :

  • TotalEnergies
  • Plüm énergie
  • Ilek
  • PlanèteOUI
  • Greenyellow
  • Energies E.Leclerc
  • Enercoop
  • Energie D’ICI
  • Elécocité
  • EDF
  • Eni
  • ekWateur
  • Mintenergie
  • électricité de PROVENCE
  • GEG
  • Alterna
  • TotalEnergie
  • Sélia
  • Iberdrola
  • OHM énergie

L’association non gouvernementale Greenpeace publie chaque année un palmarès très intéressant de ces fournisseurs. Ce classement vous permettra de sélectionner à coup sûr un fournisseur 100 % vert !

Le vert coûte plus cher ! Une idée reçue démentie sur le marché de l’électricité. La preuve par l’exemple : étudions deux offres actuellement disponibles et comparons-les avec le tarif réglementé de vente (TRV) qui fixe le prix du kWh à 0,1781 € en heures pleines et 0,1337 en heures creuses.

L’offre ENI

Eni

Anciennement Ente Nationale Idrocarburi, ENI est une société italienne qui a étendue son expertise à toutes les énergies y compris l’électricité. Son offre Eni Astucio Planète propose :

  • une électricité 100 % renouvelable garantie d’origine ;
  • le kWh vert à 0,1880 € TTC en heures pleines et 0,1400 € en heures creuses ;
  • un abonnement à 163,46 € TTC pour une puissance délivrée de 9 kVA.
  • un prix HT du kWh bloqué à la hausse pendant 3 ans mais révisable à la baisse ;
  • une offre sans engagement de durée ;
  • un engagement du fournisseur à la reforestation ;
  • Les clients ENI peuvent en outre parrainer un proche (25 € TTC par parrainages dans la limite de 20 par an soit 500 € TTC).

L’offre Ekwateur

Ekwateur

Marque du fournisseur français d’énergies renouvelables JOUL, Ekwateur a été créée en mars 2016. Son offre 100 % verte provient essentiellement de petits producteurs exploitants d’énergie hydraulique. L’offre Ekwateur propose :

  • une électricité 100 % renouvelable garantie d’origine ;
  • le kWh vert à 0,1709 € TTC en heures pleines et 0,1289 € en heures creuses ;
  • un abonnement à 17,63 € TTC pour une puissance délivrée de 9 kVA.
  • un prix HT du kWh bloqué à la hausse pendant 3 ans mais révisable à la baisse ;
  • une offre sans engagement de durée ;
  • Le système de parrainage offre au parrain 150 jouls cadeaux et les 150 premiers kWh consommés offerts au filleul.

Avec ces offres, Eni et Ekwateur démontrent tout l’intérêt de l’électricité verte. Les tarifs proposés, nettement inférieurs au TRV, vous permettent de diminuer et maitriser votre facture tout en participant à l’édification d’une société plus respectueuse de l’environnement.

Selon une étude très complète de l’Union Sociale pour l’Habitat, l’électricité reste l’énergie la plus utilisée dans le secteur résidentiel. En 2020, l’énergie représentait 8,5 % du budget des ménages. Un poste de dépense important qui mérite d’être mis en concurrence pour diminuer son poids budgétaire sans aucune perte de confort. Libéralisé, le marché de l’électricité offre non seulement la possibilité de payer moins mais aussi de faire un geste important pour la planète en optant pour une offre verte. Ce choix soutien très concrètement le développement des énergies renouvelables en France et en Europe. Une démarche simple et rapide qui donne du sens à votre consommation électrique !

Les dernières actualités

Conseils-Maisons.fr, 2021